AUB HOME | MAINGATE HOME | SUBMIT CLASS NOTES | ARCHIVES | SURVEY | CONTACT US
 
 
Inside the Gate
  Views from Campus
Peter Dorman, AUB’s 15th president
Presidents of AUB
The Green Issue
Saving the Cedars: The Tannourine Project
It’s War on the Environment
IGESP: Finding Solutions for the Earth’s Problems
Is AUB Green?
 
 
Alumni Profile
Maingate Connections
Alumni Happenings
Class Notes
AUB Reflections
In Memoriam
 
 
Credits
From the Editors
Letters to the Editors
 
 
Presidents of AUB
New Center for Civic Engagement and Community Service
Coming to Your Own Back Yard: Seeds of Hope
Three Words...
Nostalgia and Hope: Greater Washington Chapter Exhibition
Randa Khalil: Platinum Green LEED in British Columbia
Remembering Iliya Harik (BA '56, MA '58)
Hostler Green Initiatives
Between Bahrain and AUB
 

Spring 2008 Vol. VI, No. 3

Nostalgia and Hope: Greater Washington Chapter Exhibition

Lundi 10 mars 2008 | 5:00 | Beyrouth
CORRESPONDANCE
Pour les toiles de Georges Akl et Choucrallah Fattouh
La résidence de l'ambassadeur du Liban à Washington transformée en galerie d'art
WASHINGTON, d'Irène MOSALLI

En principe, quand le bâtiment va, tout va. Au Liban, le bâtiment va, mais rien ne va… À part la créativité artistique, qui perce malgré les épais nuages politiques prédominant. Une belle embellie qui s'est étendue jusqu'aux cieux américains avec une exposition de peintures de deux artistes libanais de renom, Georges Akl et Choucrallah Fattouh. Cette exposition s'est tenue à la résidence de l'ambassadeur du Liban à Washington, Antoine Chédid, et de son épouse, Nicole, qui avaient transformé leurs salons en véritable galerie d'art. Cette initiative est due à l'Alumni de l'AUB (branche de la capitale fédérale) et plus particulièrement à sa présidente, Ghada Rihani. Cette dernière, établie à Washington, se rend régulièrement au Liban où elle se plonge dans les activités culturelles. Impressionnée par le permanent dynamisme du secteur, elle a voulu lui rendre son dû en le faisant mieux connaître aussi bien à la diaspora qu'au public américain. Elle explique : " J'ai alors proposé au comité de l'Alumni d'axer nos projets sur cet aspect du Liban qui est très vivant, alors que l'on n'entend parler que de conflits, de dissensions et de troubles violents. Certes, ils existent mais, parallèlement, le pays reste une grande source d'inspiration. Donc, nous avons mis sur pied cette exposition qui relèverait de la "diplomatie culturelle ". "

Cette manifestation a pu être également réalisée grâce à l'apport de sponsors substantiels : Joseph Cicipio (ancien otage américain) et son épouse Elham, Gabro Printing (propriété de deux Libanais, Tony et Mike Gabro) et Papyrus Design (dont le propriétaire, Rakan Jawdat, est un ancien de l'AUB).

Une belle image du Liban
Résultat de cet effort conjugué, la présentation d'une facette de l'actuel courant pictural par le biais des œuvres de deux talents libanais confirmés : Georges Akl et Choucrallah Fattouh. Chez tous les deux perce l'espoir de lendemains meilleurs. Georges Akl inonde ses aquarelles de lumière, qu'il s'agisse de paysages purs ou de personnages se détachant de sites rappelant des cathédrales ou des lieux plus anonymes, mais tous focalisés sur de larges ouvertures, synonymes de bout de tunnel. Avec ses acryliques à tendance cubistes, Choucrallah Fattouh traite avec force une espérance

qui s'entête à surgir de partout : aussi bien de paisibles scènes marines de Byblos ou d'un centre-ville torturé de Beyrouth.

L'ambassadeur du Liban, Antoine Chédid, a ainsi accueilli les nombreux visiteurs qui se pressaient devant ces cimaises : " La maison du Liban est ouverte aujourd'hui à l'art et à l'AUB, qui est notre fierté et que nous voulons toujours prospère. Même si je ne suis pas un ancien de cette université. Ce soir, c'est aussi l'occasion de montrer une belle image du Liban qui existe bel et bien, même si les nouvelles en provenance de notre pays ne sont pas toujours heureuses. C'est cette image, qui dit ce que nous sommes, que nous voulons montrer. Nous sommes réunis et unis, ici. Et c'est ainsi que nous devrons être partout. " Pour sa part, Ghada Rihani a remercié l'ambassadeur et le public et a précisé que " l'AUB nous ayant beaucoup donné, il faut en retour le lui rendre. Ainsi, les bénéfices des ventes des toiles sont destinés à procurer des bourses ". Elle a aussi indiqué que la branche Alumni de Washington avait inscrit à son programme à venir une série d'autres manifestations culturelles. Appliquant dans un sens cette réflexion de l'ancien président français, Jacques Chirac : " Ceux qui laissent quelque chose, ce sont les grands artistes, les grands penseurs ou les grands scientifiques. Rarement les hommes politiques. "

© 2007, L'Orient-Le Jour. Droits de reproduction et de diffusion réservés.